Transposition tactile de Guernica

 

À part quelques traces de terres, la gamme des couleurs du Guernica de Picasso s’étend du presque-blanc au pas-tout-à-fait-noir. L’idée était de transposer tactilement cette œuvre en utilisant du papier de verre et des sables de granulation différente. La première chose à faire était d’étalonner le camaïeu de Picasso : on y distingue sept valeurs de gris, à quelques nuances près. À ces sept valeurs optiques, ordonnées de la plus claire à la plus sombre, j’ai fait correspondre sept valeurs de granulation, du plus lisse au plus grenu. J’ai ainsi obtenu une palette tactile, assez commode à utiliser avec les formes bien délimitées de Guernica. Il ne restait plus qu’à mettre mes pas dans ceux du peintre malaguène et à remplacer ses surfaces peintes par mes surfaces plus ou moins rugueuses. Le résultat a permis à l’Oupeinpo de mettre en évidence la notion de « tactilité visuelle » qui désigne l’effet obtenu sur des spectateurs « voyants », Mais, chaque fois que le tableau ainsi transformé est exposé, le public, inéluctablement, vient le toucher et le baptise « peinture pour aveugles ». Étendre la jouissance de la peinture au-delà de ses destinataires conventionnels n’est-il pas l’un des objectifs de l’Oupeinpo ?

Pour la clarté de la démonstration, j’ai choisi d’appliquer la méthode d’abord à une œuvre en camaïeu. Il serait autrement périlleux (et excitant) de tenter de l’utiliser avec un Van Gogh ou un Monet.